De l'enregistrement Célibataire Endurcie

Ajouté au panier Indisponible En rupture de stock

Paroles

Dehors novembre s’acharne à te chuchoter à l’oreille
Histoires étranges et contes à faire frissonner tes orteils
Le ciel te ment, le gris n’est que façade…

Encore pénombre et froid pour subjuguer les esprits
Les hypnotiser nombre de fois, même les plus aguerris
Le ciel te ment, le gris n’est que façade,
et l’air te ment, la brume est de passage

Sans dire que tout est illusion
Sans prétendre distinguer le vrai du faux
Je sais que le soleil joue l’infidèle
et qu’il brille quelque part un peu plus haut
J’ai imprégné ses rayons sur ma peau
Pour éradiquer les poisons
Pour illuminer les plis dans l’épiderme
J’ai imprégné tes rayons sur ma peau.

Fauchant à tort et à travers les pauvres passants du destin
Le vent s’efforce d’être un hiver et fait de nos peaux un festin
Mais le ciel te ment, le gris n’est que façade…
Et l’air te ment, la brume est de passage…
Le ciel te ment, le gris n’est que façade…
Et l’air te ment, la brume est de passage…

Sans dire que tout est illusion
Sans prétendre distinguer le vrai du faux
Je sais que le soleil joue l’infidèle
et qu’il brille quelque part un peu plus haut
J’ai imprégné ses rayons sur ma peau
Pour éradiquer les poisons
Pour illuminer les plis dans l’épiderme
J’ai imprégné tes rayons sur ma peau (pour illuminer les plis dans l’épiderme)
J’ai imprégné tes rayons sur ma peau (pour éradiquer les poisons)
J’ai imprégné tes rayons sur ma peau…